League Of Legends : Tout savoir sur les Worlds !

 Breaking News !
  • Bienvenue sur le site de la structure LogicMG !
  • Quelques pages se verront complètement revisitées, nous nous excusons pour la gêne occasionnée.
  • Chaque samedi, la structure vous propose de participer à un événement (voir plus bas).
  • Le recrutement staff est à nouveau ouvert ! N'hésitez pas à visiter la page "Recrutement".

À l’heure du coup d’envoi des Worlds 2016 de League of Legends, compétition la plus suivie au monde avec un cash-prize étonnement faible par rapport à son ampleur (deux millions d’USD), nous vous proposons de vous mettre à la page afin de profiter pleinement du spectacle proposé.

Les forces en présence

Cette année, 16 équipes sont présentes aux Worlds :

  • – Trois équipes américaines : TSM, C9, CLG (NALCS)
  • – Trois équipes européennes : G2, H2K, Splyce (EULCS)
  • – Trois équipes coréennes : ROX Tigers, SK Telecom T1, SSG (LCK)
  • – Trois équipes chinoises : EDG, RNG, IMay (LPL)
  • – Deux équipes taïwanaises : AHQ e-Sports Club, Flash Wolves (LMS)
  • – Deux équipes internationales (en l’occurrence, respectivement brésilienne et russe) : INTZ e-Sports, Albus NoX Luna (IWC)

Et sont réparties dans les groupes suivants :

Groupes League of Legends Worlds

Les groupes des Worlds League of Legends

Pour plus d’informations concernant la répartition dans les groupes, c’est ici!

Les championnats réguliers régionaux de cette année (Spring Split et Summer Split confondus) ont montré des disparités importantes entre les différentes ligues
représentées. Encore une fois, les niveaux coréen et chinois semblent supérieurs au reste du monde. Notre analyse portera sur chacun des groupes séparément.

Groupe A

Le groupe A est composé de 3 équipes bien connues du grand public (ROX Tigers, G2 et CLG) rejointes d’une équipe russe qualifié via l’International Wildcar Qualifier (Albus NoX Luna).

Partageant le statut de favoris avec SKT, ROX Tigers ne montre actuellement pratiquement aucun signe de faiblesse. ROX impressionne durant le Spring Split régulier coréen (16 victoires pour 2 défaites) après un départ à la retraite de leur jungler, Hojin, remplacé par un jeune rookie, Peanut. Ils s’inclinent cependant en finale face au monstre SKT sur un score de 3-1 et se privent alors de MSI qui sera une démonstration SKT en bonne et due forme. La phase régulière du Summer Split est également dominée par ROX (15 victoires pour 3 défaites) et cette domination portera cette fois ses fruits puisque ROX remporte la finale (3-2) face à KT Rolster dans un BO5 qui marquera l’histoire de la LCK (notons que les KT Rolster ne parviendront pas à se qualifier pour les Worlds par la suite). Il est hautement improbable, osons le dire, impossible, que ROX ne se qualifie pas lors de la phase de groupe.

L'équipe ROX Tigers

Les ROX Tigers, maîtres incontestables groupe A?


 

Nouveaux venus sur la scène européenne, G2 Esports s’est qualifié pour les LCS au début de la saison 2016 via les Challenger Series contre SK Gaming (3-2). Depuis ? Une suprématie totale sur la scène européenne, étant la première équipe à finir première des deux saisons régulières et des deux phases de playoffs. Le bilan 2016 de G2 est néanmoins assombri d’un échec retentissant lors des MSI causé par un manque évident d’entraînement et d’entente mutuelle entre les joueurs (2 victoires pour 8 défaites). Cette contreperformance viendra modifier l’équipe : recrutement de la botlane Zven-Mithy et titularisation du jusqu’alors remplacant Expect. Le nouveau roster s’imposera rapidement et facilement lors du Summer Split 2016. G2 devra donc faire ses preuves sur la scène internationale en tant que meilleure équipe européenne.

G2 Esports fête sa victoire

L’équipe G2 Esports lors de sa victoire aux LCS EU Summer Split


 

Counter Logic Gaming (CLG), structure historique, a eu une saison 2016 haute en couleurs. Après avoir remporté le Spring Split face à TSM, l’équipe américaine signe la meilleure performance internationale jamais réalisée par une équipe américaine (finalistes perdants face à SKT sur un score éloquent : 3-0). Le Summer Split des protégés d’HotshotGG, CEO de CLG, sera plus terne puisqu’ils seront éliminés en demi-finale par les futurs vainqueurs, TSM. Ils se qualifient donc via les Championship Points (pour apprendre le fonctionnement des championship points, clique ici ) pour ces Worlds et auront fort à faire face au mastodonte ROX.

Counter Logic Gaming

L’équipe Counter Logic Gaming (CLG)


 

Albus NoX Luna est une équipe russe née de la fusion de deux structures : Albus Nox et Hard Random. Du fait de la multiplicité des ligues et du manque d’exposition, il est difficile d’établir un constat sur les équipes Wildcards (à l’exception des équipes brésiliennes). Après avoir survolé la ligue d’Europe de l’Est (LCL), ils valident leur ticket pour les Worlds en battant les leaders Lyon Gaming lors des IWC Qualifiers. Connaissant le niveau généralement bas des équipes Wildcards et en sachant qu’Albus Nox LunA n’a pas écrasé la concurrence lors de ces qualifications, il est peu probable qu’ils sortent qualifiés de la phase de groupe.


 

La qualification des Tigers ne faisant pratiquement aucun doute, le cœur du groupe se jouera entre G2 et CLG. Nous connaissons les qualités individuelles exceptionnelles des joueurs européens tempérées par des performances internationales antérieures très ternes. CLG se dessine comme l’exact opposé avec des individualités plus discrètes au profit d’une cohésion et d’un jeu macro de meilleure qualité. Ce match est indécis, sachant que le niveau européen est cette année particulièrement bas.

Qui sont les joueurs à suivre ? Peanut, jungler pour ROX Tigers et remplaçant de Hojin, a apporté une dimension beaucoup agressive et risk-oriented au jeu Tigers qui vient encore élever leur niveau de jeu par rapport au championnat du monde 2015 (où ils perdront la finale 1-3 contre SKT). Trick, jungler pour G2 Esports et double MVP des LCS européens, est impliqué dans les 3⁄4 des éliminations de son équipe ce qui appuie son rôle de pivot au sein de la formation européenne. Devons-nous vraiment mentionner Smeb (indice : c’est le meilleur joueur au monde actuellement) ?

 

Groupe B

Première équipe taïwanaise, Flash Wolves s’est cette années qualifié en venant à bout des anciens Taipei Assassins en finale relativement facilement (3-0), en sachant que leurs adversaires ont implosé en cours de route. Participants réguliers des tournois internationaux (Worlds 2015, MSI 2016), Flash Wolves parvient toujours à proposer une performance de qualité, sans transcendance. Éliminés en quarts de finale des Worlds 2015 face aux européens d’Origen et en demi des MSI contre CLG, l’équipe taïwanaise dispose des ressources nécessaires pour sortir du groupe B.


 

SKT a une mauvaise saison 2016, selon les standards SKT. Comprenez qu’ils n’ont pas dominé la scène internationale de manière inconditionnelle tout au long de l’année, comme ils nous avaient habitué. En effet, après une victoire contre ROX en finale du Spring Split et une victoire au MSI, le Summer Split a été survolé par ROX et le bilan SKT est plutôt terne avec une élimination serrée en demi-finale face aux KT Rolster (3-2). Soulignons également les problèmes d’inconsistance en jungle avec un Blank timide qui sera finalement remplacé (de nouveau) par le mythique Bengi. Cependant, n’oublions pas la capacité exceptionnelle d’adaptation du staff SKT qui pourra tirer parti de la nouvelle méta de ces Worlds 2016.

SKT Gaming

L’équipe SKT, essoufflée?


 

Troisième équipe chinoise à s’être qualifiée via le Regional Qualifier, IMay s’est qualifiée via la LSPL (comprenez les challengers chinois) au début du Summer Split ! Elle était auparavant connue sous le nom EDward Esports, équipe sœur de la structure Edward Gaming (qui devra par la suite vendre son équipe afin de respecter les restrictions). L’équipe est notamment portée pendant tout le split par l’ancien toplaner titulaire d’EDward Gaming qui avait notamment joué pendant les Worlds 2015, AmazingJ. Ils se sont qualifiés via le Regional Qualifier de la LPL en venant à bout de Team WE dans un match haletant clôturé sur un score de 3-2.


 

La saison 2016 de Cloud9 a été particulièrement chaotique. Après une élimination rapide lors de la phase de groupe des Worlds 2015, l’équipe se restructure en recrutant Rush (MVP NA de la saison 2015 quand il jouait chez Team Impact) et Bunny FuFuu. Le Spring Split est laborieux avec un résultat final décevant pour la structure que l’on connaît : 5e-6e . Les changements dans l’équipe ne se font pas attendre avec le remerciement de Balls, Rush et Hai remplacés respectivement par Impact, Meteos et Smoothie. Ce remplacement est salvateur et Cloud9 arrivera finalement à se qualifier en Regional Qualifier en battant des Immortals toujours décevants dans les grosses rencontres.

L'équipe LoL Cloud9

L’équipe Cloud9, une nouvelle formule gagnante?


 

Qui sont les joueurs à suivre ? On pourrait nommer tous les joueurs SKT, mais plus particulièrement sur Bang qui était l’un des joueurs les plus scandaleusement underrated lors des worlds précédent. Le, probablement, meilleur ADC au monde est accompagné par le meilleur midlaner au monde et le plus grand joueur de tous les temps qu’il n’est plus nécessaire de présenter (Faker, on ne sait jamais). Ajoutons Meteos, jungler pour C9, qui, s’il parvient à atteindre son meilleur niveau, peut faire la différence face aux Wolves ou face à IMay.

Groupe C

L’histoire des équipes chinoises sur la scène internationale a un goût amer pour leurs supporters, et EDward Gaming n’échappe pas à la règle. Présenté lors des Worlds 2015 comme l’une des équipes favorites au même titre que SKT, sa performance pauvre face à des Fnatic bien plus entreprenants en quart de finale restera gravée dans la mémoire au même titre que le score sans appel (3-0 cinglant). EDG arrive cette année avec un roster quasi identique (Mouse remplace Koro1/AmazingJ) et avec une domination incontestée en LPL avec un bilan de 16 victoires pour zéro défaite pendant la saison régulière. Ils écraseront ensuite RNG en finale (3-0), ce qui sécurisera leur billet pour la compétition. EDG apparaît donc comme une équipe à considérer comme l’une des meilleures, à tempérer par leurs performances pauvres sur la scène internationale (rappelons que c’est RNG qui a représenté la LPL aux MSI 2016).

La team LoL Edward Gaming

La team EDward Gaming, fluctuante mais capable


 

La saison d’ahq a été laborieuse cette année, avec une domination pendant la saison régulière du Spring Split mais une défaite directe 0-3 face aux Flash Wolves ce qui les privera de MSI. Pendant le Summer Split, leur style de jeu ultra-agressif (parfois trop) et imprévisible viendra les placer en 3e position de la saison régulière, et seul un BO remporté dans le Regional Qualifier viendra assurer le ticket pour les Worlds. Avec un roster absolument identique à celui de l’année passée, ahq a les arguments pour sortir du groupe étant donné les autres équipes.


 

Les H2K ont-ils une chance de se qualifier ? Absolument. Facilement ? Absolument pas. S’il apparaît plus ou moins clairement qu’EDG a toutes les cartes en main pour sortir 1e du groupe, rien n’est moins sûr pour H2K dont le principal concurrent pour la deuxième place seront les coriaces et imprévisibles ahq qui avaient donné tant de fil à retordre aux Fnatic durant les Worlds 2015. H2K devra compter sur sa botlane solide FORG1VEN-Vander pour apporter de la stabilité dans un match qui s’annonce capital et intéressant stratégiquement étant donné les structures des deux équipes (H2K joue un jeu stable, orienté stratégie et macro-game alors qu’ahq mise tout sur l’agression et sur l’escarmouche à court terme).


 

L’équipe brésilienne INTZ vient clôturer la composition de ce groupe C. Qualifiés au même titre qu’Albus Nox, via les IWC, INTZ présente néanmoins un niveau de jeu et donc des chances beaucoup plus élevées. Cela vient notamment du niveau beaucoup plus élevé de la ligue brésilienne par rapport aux autres ligues Wild Card (notamment la LCL pour Albus Nox). On se souvient de paiN Gaming qui n’avait pas démérité lors des Worlds 2015 en se classant devant CLG pendant la phase de groupe. Il est néanmoins, même si on n’est jamais à l’abri d’une surprise, relativement peu probable qu’INTZ parvienne à se hisser deuxième ou premier de son groupe.


 

Qui sont les joueurs à suivre ? Deft, ADC pour EDG et actuellement meilleur carry au monde, est l’un de ces joueurs qui parvient à poser son jeu quel que soit l’adversaire et à prendre le dessus en 2v2 même contre des botlanes du calibre Bang-Wolf. Citons également le midlaner explosif Westdoor pour ahq qui peut, seul, transformer le cours d’une partie avec des picks très typiques comme Fizz ou Talon.

Groupe D

« Cette année, c’est la bonne ». Voilà ce qui revient dans la bouche des supporters américains les plus fervents de TSM. Tout est réuni pour une performance (enfin) de la structure américaine la plus primée de tous les temps : un championnat à domicile, un bootcamp efficace selon les joueurs et un roster performant. Bjergsen n’est, en effet, plus cette année l’unique maître à bord, ce qui lui permet de respirer sur le shotcall et de se concentrer sur son gameplay. Avec un roster complètement remanié (Hauntzer, Svenskeren, Bjergsen, Doublelift et Biofrost), l’équipe TSM ne semble jamais avoir proposé un niveau de jeu aussi élevé que cette année. Privée des MSI, TSM a eu l’occasion de préparer profondément son Summer Split en se séparant de Yellowstar qui sera remplacé par Biofrost, un jeune rookie qui ne tarde pas à faire ses preuves. TSM domine la saison régulière et les playoffs du Summer Split et décroche son ticket en venant à bout des Cloud9 qui n’auront pas démérité.

Bjergsen et la TSM

Bjergsen et la TeamSoloMid, plus prête que jamais?


 

S’il y a bien une équipe dont la performance peut difficilement être prédite, c’est bien celle de l’écurie légendaire chinoise Royal Never Give Up (RNG). Avec un roster faisant rêver (on me signale un Uzi- Mata en bolane et un Looper au top), RNG n’est parvenu à se qualifier qu’avec les Championship Points, ayant été balayés par EDG lors de la finale des playoffs du Summer Split de la LPL (0-3) après avoir battu ces mêmes EDG lors de la finale du Spring Split. Cette victoire leur donna accès au MSI à domicile (Shanghai) où, après une première place lors de la phase de groupe, ils furent éliminés par la machine SKT sur un score sans appel de 1-3. La line-up fait rêver à un niveau national et international mais, s’il ne fait pratiquement aucun doute qu’ils sortiront du groupe sur le papier, on connaît les mauvaises performances des équipes chinoises sur la scène internationale.

La Team LoL RNG

Les Royal Never Give Up ne comptent pas abandonner, mais seront-ils convaincants?


 

« Quoi ? Samsung Galaxy ? Et pas KT Rolster ?! ». Samsung Galaxy signe un retour que l’on peut qualifier de surprenant mais mérité sur le devant de la scène. Champions du monde en 2014 avec peut- être la lineup la plus mémorable de l’histoire de League of Legends qui avait complètement dominé son sujet (Looper, DanDy, PaWn, Imp et Mata sont des noms qui ne vous probablement pas inconnus, remarquons que 3 des 5 joueurs champions du monde en S4 sont qualifiés pour ces worlds S6 : Looper, PaWn et Mata). SSG s’est qualifié via le Regional Qualifier au terme d’un BO5 serré contre les KT Rolster (3-2) après s’être incliné beaucoup plus largement en Playoffs contre les mêmes KT (0-3). SSG est une équipe coréenne de haut/milieu de classement, à ne pas sous-estimer donc !


 

Menés par un coach plus populaire que ses joueurs (YamatoCannon), Splyce vient clôturer le groupe D en tant que 3e qualifiée pour l’Europe. Splyce est avant tout une équipe d’amis jouant ensemble (anciens Dignitas EU qualifiés via le Challenger Qualifier au début de la saison 2016). Après avoir eu un Spring Split relativement compliqué (8e place synonyme du tournoi de relégation dont ils arriveront à sortir en venant à bout de Giants). L’équipe recrute alors pour le Summer Split un nouveau support, Mikyx, qui viendra reformer le système de jeu pour y apporter beaucoup plus d’intelligence de jeu et effacer le côté brouillon. Splyce arrive en finale des LCS mais y sont battus par des G2 tout simplement supérieurs. Ils arracheront leur ticket de qualification pour les worlds au bout d’un BO5 acharné contre les Unicorns of Love.


 

Qui sont les joueurs à suivre ? Le groupe D présentera très probablement un niveau très élevé et nombreux sont les joueurs à suivre ! Citons Bjergsen, meilleur midlaner western actuel, qui dispose désormais d’une équipe sur laquelle il peut compter mais qui sera probablement la cible directe de mlxg, jungler RNG. Le duel mid-jungle sera capital dans le match RNG-TSM. Uzi, ADC de RNG, est l’un des joueurs les plus sulfureux de la ligue chinoise mais également l’un des plus talentueux. Accompagné sur la botlane du plus que légendaire Mata, la botlane RNG s’annonce comme l’une des plus difficile à négocier du tournoi.

Les grands joueurs absents des Worlds 2016

Le changement des formats, des styles de jeu et des habitudes des joueurs a bousculé l’échiquier de cette saison 2016 en laissant sur le carreau, contre toute attente, des joueurs mythiques. Citons pour la France les deux monuments Soaz et Yellowstar qui ont tous les deux réalisé une saison médiocre avec leurs équipes respectives, Origen et Fnatic. Les Worlds 2016 seront affectés par l’absence de joueurs historiques comme imp (LGD), MaRin (LGD), Reignover (IMT), Easyhoon (Vici Gaming) ou encore Huni (IMT).

Yellowstar a eu une saison particulièrement difficile après l’échec en demi-finale des Worlds 2015 de la meilleure équipe européenne jamais alignée (FNC 0-3 KOO Tigers). Émigré au pays de l’oncle Sam chez TSM, Yellowstar ne parvient pas à imposer son shotcalling légendaire car il n’est plus le seul maître à bord et propose un niveau de jeu largement en deçà de ce que l’on pouvait attendre de lui. Après un regain d’espoir en playoffs, TSM finira par s’incliner face à CLG en finale et le support français prend alors la décision de revenir au bercail, chez Fnatic. La lineup, inconsistante, ne parviendra pas à s’imposer en Europe et verra s’envoler son ticket pour les Worlds dans un BO au score cinglant (0-3) face aux Unicorns of Love dans le Regional Qualifier. Yellowstar avait l’occasion lors de ces Worlds 2016 d’écrire encore un peu plus l’histoire en participant à tous les championnats mondiaux depuis la saison1 (aAa, SK, Fnatic, Fnatic, Fnatic). Remarquons également l’absence pour l’équipe Fnatic de joueurs européens phares comme Rekkles ou encore Febiven.

Ces Worlds 2016 annoncent un niveau de jeu impressionnant avec une supériorité nette des régions chinoises et coréennes et un niveau européen qui inquiète de plus en plus. Les matchs n’en seront qu’encore plus passionnants ! Alors selon vous, qui va s’en sortir de quels groupes ? Qui soulèvera la coupe le 30 octobre ? Qui sera élu MVP de la compétition ? Nous vous invitons à réagir en commentaires et à poser un like si vous avez apprécié l’article. Sur ce, je vous laisse, j’ai des VOD à regarder…

Capybara


Le trailer officiel des Worlds

Auteur : Capybara

TwitchTV

Les membres récents

  • Illustration du profil de Ran-thor Aifran
    enregistré à il y a 19 heures et 20 minutes
  • Illustration du profil de Chnewi
    enregistré à il y a 4 jours et 16 heures
  • Illustration du profil de Amateia
    enregistré à il y a 4 jours et 23 heures
  • Illustration du profil de Trollokore
    enregistré à il y a 5 jours et 5 heures
  • Illustration du profil de Monier
    enregistré à il y a 1 semaine et 2 jours