Notre Avis sur Tom Clancy’s Ghost Recon : Wildlands

 Breaking News !
  • Bienvenue sur le site de la structure LogicMG !
  • Quelques pages se verront complètement revisitées, nous nous excusons pour la gêne occasionnée.
  • Chaque samedi, la structure vous propose de participer à un événement (voir plus bas).
  • Le recrutement staff est à nouveau ouvert ! N'hésitez pas à visiter la page "Recrutement".

Le dernier fleuron de la très attendue série des Ghost Recon a vu sa BETA ouverte s’achever et sort demain. Alors que penser de cet héritier tant attendu ? C’est ce que nous allons voir.

 

 1) Histoire de la série

 

Ghost recon est une série assez moderne puisque le premier opus date de 2001 et fut développé (comme aujourd’hui) par Tom Clancy’s. Ce jeu, assez révolutionnaire pour l’époque, avait pour objectif de revoir complètement l’infiltration (ce qui fut très réussi à l’époque). Il est important de noter que le jeu était un FPS à l’époque et était censé rompre avec la série des Rainbow Six en terme de nervosité pour laisser place à une tactique plus appuyée et basée sur de l’anticipation et des stratégies en groupes pour remplir la mission. L’histoire se passe en 2008 ou l’on incarne une escouades de Ghosts, sorte de commandos d’élites mais dont les mission sont tenus secrètes.

Le deuxième opus de la série casse complètement avec le premier pour les utilisateurs de consoles, seuls à voir le jeu arriver dans leur salon, en devenant un TPS bien plus nerveux mais toujours dans cet esprit d’infiltration propre à la série. Le troisième reste cependant le plus troublant à travers un choix (toujours incompris par ailleurs …) qui a été de rester un TPS sur console et développer un FPS sur PC. Tom Clancy’s Ghost Recon Advanced Warfighter est un jeu au objectifs et intrigues similaires dont le gameplay est différent sur console et PC. Ce choix aura d’ailleurs une grosse influence sur le jeu suivant : Tom Clancy’s Ghost Recon Advanced Warfighter 2 qui devient un TPS pur que ce soit sur PC ou console (ce qui à l’époque a décontenancé les joueurs PC).

Les années 2010 et 2011 sont par la suite marquées par l’apparition d’adaptations sur PSP, Wii et 3DS ainsi que l’arrivée du premier MMO de la série : Ghost Recon Online (aujourd’hui connu sous le nom de Ghost Recon Phantom) qui fait un bond dans le temps en nous propulsant dans un monde bien plus futuriste encore que ses prédécesseurs. Il s’agit par ailleurs de ma référence personnelle en terme de gameplay car il est celui auquel j’ai personnellement le plus joué.

Viens ensuite en 2012 le fameux Tom Clancy’s Ghost Recon : Future Soldier qui reste la référence la plus récente pour la série des Ghosts et qui est aussi le plus réussi pour l’instant. Et c’est en cette année 2017 que débarque le tout dernier de la série : Tom Clancy’s Ghost Recon : Wildlands.

 

2) Attentes

 

L’arrivée récente sur le marché des dernières cartes graphiques et la démocratisation de l’architecture 64 bits offrant plus de puissance de calcul ainsi que de Windows 10 et son DirectX 12 nous promettait une claque graphique et un monde bien plus vaste et riche que ces prédécesseurs notamment par la démocratisation des mondes ouverts. On espérait aussi un retour à l’époque moderne pour contraster avec les opus futuristes sortis précédemment. Il devait aussi tirer parti du développement des jeux en réseau en étoffant son multijoueur. Dès son annonce, le jeu promettait déjà beaucoup et les premières infos sur le jeu allaient dans le sens entendu.

 

3) Test

 

Une fois le petit jeu téléchargé (la BETA/démo ne pèse que 30 Go mais le jeu complet fait au alentours de 45 Go), le lancement commence mal. En plus d’avoir dû réinstaller Uplay à cause d’un problème avec la mise à jour de celui-ci, il s’est avéré que les serveurs étaient complètement out à cause de l’afflux de joueurs mais aussi d’un manque visible de préparation de la part de l’équipe des devs (il s’avère qu’aucun des jeux Tom Clancy’s et Ubisoft, en général, n’a été capable de démarrer sans accrocs, on se rappellera For Honor sorti un peu plus tôt et The Division dont on parlera énormément dans cet article d’ailleurs). Une fois le jeu disponible et les cinématiques de 5 minutes impossibles à sauter la première fois, il fut possible de lancer le jeu.

 

1. Gameplay

 

Le jeu ne change pas de forme et fait immédiatement penser à un The Division qui se passerait au milieu d’une zone tropicale puis montagneuse (en tout cas sur le contenu accessible en démo). Le jeu tient aussi une part de RPG avec un gestion des armes et de leur customisation directement via un menu avec un vision éclatée de chaque composant qui rappelle fortement Future Soldier.

Les stats sont claires, le panels d’armes semble étoffé et les accessoires complets. On regrette au premier abord une interface parfois capricieuse qui prendra plaisir à ne pas sélectionner le bon objet ou à ignorer vos clics. Le système de compétences est plutôt simple à cerner et à prendre en main. Chaque niveau du personnage vous octroi des points de compétences et débloque une section de l’arbre de compétence, par ailleurs complet et clair, pour correspondre à votre gameplay. Augmenter le niveau d’une compétence nécessite une certaine quantité de points et de ressources que sont : Les médicaments / La nourriture / L’essence et enfin L’électronique (ou communication). Bien sûr, plus le niveau de la compétence est élevé et plus vous consommerez de ressources.

À la prise en main, le jeu se révèle un peu moins nerveux que The Division et Phantom (et aussi Future Soldier) mais plus immersif et lent (mais pas ennuyeux par contre). La plupart du temps, on utilisera le drone pour survoler la zone et spotter les ennemis, structures et ressources. On peut alors chercher la méthode d’infiltration ou de suicidaire. Il s’avère en effet que sans compétences et matériel performant, la mort vous attend au tournant si vous n’avez pas la maîtrise du combat.

Vos alliés IA en solo sont d’une grande aide même si l’on regrette leur manque de discrétion en infiltration (ils se contente de vous suivre bêtement en s’exposant si vous demandez à ce qu’ils vous rejoignent), l’IA ennemie semble heureusement peu disposée à les détecter tant bien que ça en devient drôle à force de voir vos alliés à côté de certains ennemis sans que rien ne se passe. N’espérez cependant pas le même traitement pour vous car l’ennemi ne vous fait aucun cadeau (si les ennemis vous ont à portée de tir et en visuel, c’est sur vous qu’ils tireront ! Vos alliés sont ignorés).

Si vous rentrez dans le champ de vision d’un ennemi, il commencera tout d’abord par vous apercevoir et, si vous restez trop longtemps à découvert ou faites du bruit en touchant un baril par exemple, il commenceront alors à enquêter dans la zone de la perturbation (pas mal réaliste d’ailleurs). S’ils vous détectent, ils feront feu immédiatement (alertant les autres). La distance est bien souvent fatale car au corps à corps les armes et les coups dans les dents sont très douloureux. On note cependant la possibilité de maîtriser les ennemis insouciants pour les déplacer (mais pas les cadavres) et pour certains les interroger avant des les neutraliser. Bien sûr si vous souhaitez ne pas faire dans la dentelle, un bon coup dans les parties suivi d’une dégustation de terre est envisageable pour les ennemis que vous atteignez au corps à corps (attention à ne pas vous faire tuer par un autre pendant la cinématique).

Si vous souhaitez rester discret, il vous est possible (au prix de compétences) de demander un tir synchronisé avec vos coéquipiers qui tireront en même temps que vous sur la cible qui leur a été désignée par vous au moment ou vous tuez votre propre cible (ils tireront même parfois à travers les murs). En multijoueur, vos équipiers disparaissent et le tir synchro est à faire manuellement même si la possibilité de pointer les cibles pour vos alliés ainsi que le VoIP de bonne qualité aident à ce défaut.

L’un des points noir du jeu reste la conduite des véhicules (la seule potable à mon goût étant celle des hélicoptères). La physique n’est pas naturelle et on ne ressent aucune maîtrise dans les situations de hors piste ou les pilotages de poursuite ce qui est dommage pour un jeu si riche en courses poursuites (aussi folles que dans GTA V !). Les motos sont jouables même si, là encore, la physique est sèche. Les avions ne méritent même pas qu’on s’y attarde tant leur maîtrise est difficile et imprécise. Les hélicos restent le meilleur choix si vous souhaitez vous déplacer de part leur facilité de maîtrise et leur grande vitesse (et potentiellement armement), seul les manipulation en combats sont complexes à effectuer (mais pas plus que sur ArmA ou le gameplay est similaire bien que plus « simulation »).

Le jeu comporte un système d’ordres simples (un peu trop simples) pour vos IA et vos amis ainsi que la possibilité de demander des faveurs aux rebelles (frappe de mortier, véhicule, diversion, reconnaissance …)

Vous pouvez aussi monter la police locale et les rebelle contre le cartel en mettant un joyeux bordel au niveau des bases (ce qui est à la fois un avantage et un problème car la police augmente de niveau d’alerte à la manière de GTA et reviens et ceux-ci reviennent à l’infini tant que ce niveau n’est pas revenu à 0).

 

2. Graphismes

 

Avant toute chose, je dois avouer que ce jeu est beau. En ignorant les performances un instant on s’attarde à regarder un environnement détaillé et presque simulé. Les effets météos sont saisissants de réalisme et la végétation très bien simulée. Les effets de mouillé ou de reflets sont très réussis et il n’y a ici que pour seul bémol des modèles 3D qui manquent de finitions (un bout de bandana qui ressort par la capuche ou des objets qui se rentrent les uns dans les autres.

Bref tout semble parti du bon pied. Mais si j’ai gardé les performances pour maintenant c’est qu’il y a bien un problème et un gros. Certes Wildlands est un open-world mais cela ne justifie pas des freezes incessants et des chutes de FPS de manières random et systématique. Ce problème entache le gameplay car même en minimum, l’entrée en combat ou le déplacement sur la carte bloque le jeu ce qui cause un décès car impossible de maîtriser un combat quand la frame d’après, votre ennemis s’est déplacé de 2 mètres (cela pousse à jouer très infiltration pour éviter le combat ingérable dès que les tirs et les explosions fusent). On pourra accuser ma configuration mais quand on a payé une GTX 1060 6 Go et que mon overlay m’indique que ma carte tourne à 40 % en minimum et pas plus de 90 % en élevé (même constat pour le processeur), on se pose des question. Certes je n’est « que » 8 Go de RAM (vites remplis) alors que la configuration minimale en qualité basse indique une nécessité de 6 Go et 8 Go pour l’élevé (le jeu est donc censé tourner en élevé sans problèmes et pourtant …) L’absence de DirectX 12 fait aussi pâlir car cette technologie si puissante en terme de performance est absente sur le jeu (je concède quand même que cela n’a pas eu de grand effet sur The Division …). Pour ma part la stabilisation du jeu est le point le plus sombre du jeu. Il faut tout de même rester positif et se rendre à l’évidence, c’est une BETA et donc il faudra attendre la sortie pour voir si cela est corrigé.

Pour les septiques de ma configuration, la voici :

  • Windows 10
  • Intel i5 6600K overclocké à 4,1 GHz
  • GTX 1060 6 Go
  • 8 Go de RAM
  • Jeu exécuté depuis un SSD Corsair MP500 monté en PCIe (3000 Mo/s en lecture)
  • (en bonus, Windows tourne en mode de performance avec des paramètres de gaming et un programme de libération et d’optimisation de RAM en fond)

 

3. Intrigue

 

L’équipe des ghosts est envoyée en Bolivie où règne le désordre en raison de la prise de contrôle du pays par le cartel de la drogue « Santa Blanca ». Les politiques du pays ont acceptés de fermer les yeux sur les actes du cartel en échange de quoi celui-ci s’engage à ne rien tenter contre eux. Votre tâche est d’éliminer chacune des têtes au pouvoir dans les 4 sections du cartel et d’atteindre le big boss pour détruire l’organisation. Vous aidez pour cela les rebelles et les civils dans les différentes missions et récupérez des informations sur les sous-fifres ennemis (vol de données ou interrogatoires) pour trouver et éliminer les généraux tout en perturbant leurs opérations.

Il y a 4 « sections » dans le cartel que vous devez détruire : La production / Le deal / La sécurité / Et la « propagande ». Chacune de ces sections est tenue par un homme et ses sous-fifres et votre but est de les éliminer. Chacune de ces cibles dirige une région de la Bolivie à la topographie propre (la difficulté, les types de structures et ennemis change aussi). En résumé vous devez vous rendre dans une région inexplorée, trouver qui la dirige en récupérant des intels, perturber ses opérations pour le déstabiliser et enfin l’éliminer.

 

4. Contenu et monde

 

Malgré la BETA, Wildlands reste un jeu visiblement complet en terme de missions, armes et équipement. Chaque boss tué vous fournira une arme modifiée (et non modifiable) propre et aux caractéristiques particulières. Le panel des armes est complet et les récupérer toutes ainsi que tous les accessoires ne sera pas chose aisée. Chacune des armes et chacun des accessoires se trouve dans une caisse que vous devrez trouver sur la carte et récupérer (bien sur qu’elles sont protégées !).

Il y a aussi plein de notes à récupérer pour en apprendre plus sur l’histoire et les personnages. Pour ce qui est des missions, les missions historiques sont variées. Infiltration ou le frontal changent la donne et les lieux peuvent aller de l’avant-poste souterrain à la maison de campagne avec salle secrète en passant par les fermes paumées. On regrette le manque d’armes « explosives » même si le lance grenade monté compense un peu ce manque.

Les missions secondaires peuvent être effectuées pour récupérer du matériel ou améliorer le niveau des capacités rebelles. Les missions de ressources consistent à voler un véhicule ennemi gardé (sans le détruire) et l’amener aux rebelles. Il y a aussi des véhicules escortés par par le cartel que vous pouvez attaquer de temps en temps (événement aléatoire) et qui donnent énormément de ressources (vous n’en obtenez que la moitié si le véhicule est détruit). Les mission rebelles consistent à activer des antennes ou à attaquer des bases.

Le monde semble en lui même immense et la durée de vie du jeu est très élevée. Malgré cette immensité il est relativement vivant car rempli de civils vivants leur vie ( cela rappelle les derniers Far Cry). On regrette la faible présence d’animaux qui regorgeraient normalement dans les forêts et jungles (il n’y a que quelques oiseaux).

 

4) Conclusion

 

LES +

  • Monde ouvert immense et vivant
  • Missions et environnements variés
  • Grande durée de vie
  • Multijoueur jouissif
  • Mécaniques simples à prendre en main
  • Personnalisation des armes et compétences extrême
  • Grande variété de véhicules civils et militaire (ya même des tanks putain !)
  • IA alliées très efficace en combat pur et en aide à votre infiltration (pas dans l’infiltration elle-même)
  • Grande variété de missions histoires et secondaires
  • Nombreux objets à trouver et récupérer

LES –

  • Stabilité et performances du jeu médiocres !
  • Conduite des véhicules à revoir complètement
  • Types d’armes disponibles peut variées et même “classique”
  • Difficulté des IAs ennemies grande et bugs nombreux qui rendent le jeu très difficile
  • IA peu intelligente mais presque omnisciente une fois repéré
  • Effet de focus sur le joueur maladif pour un jeu aussi dur
  • IAs alliées avec des ordres trop simples et pas assez bien travaillés. Ils se contentent de suivre bêtement les ordres sans prendre d’initiatives et en s’exposant inutilement
  • IAs alliées inutiles dans l’infiltration
  • Manque de finitions du jeu

 

5) Avis

 

Wildlands est un bon jeu qui manque encore de finitions et de réglages. Le fait qu’il soit complet et très grand fait de lui une bonne affaire en cas de réduction de prix élevée car l’optimisation actuelle du jeu ne donne pas envie de l’acheter à son prix actuel. Il faut bien sûr rester positif en se disant que le jeu n’est qu’une BETA et que le développement du jeu n’était pas terminé. Pour ma part j’ai bien l’intention de l’acheter si le jeu fini d’être optimisé.

Pour donner un note au jeu, on vas dire que dans son état actuel, je lui donnerai un 13/20 mais en considérant les problèmes qui peuvent être corrigés, il y a du potentiel pour un 17,5 ou 18/20.

En résumé, acheter-le si vous êtes certain qu’il tournera sur votre ordinateur et que trouvez une réduc sympa sur un site de vente de clés ;-).

Site officiel de Ghost Recon : Wildlands

Ghost Recon : Wildlands sur Steam

Ghost Recon : Wildlands sur Instant Gaming

 

Vous avez apprécié cet article ? N’hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires et à poser vos questions sur le jeu !

TwitchTV

Les membres récents

  • Illustration du profil de ChukYoda
    enregistré à il y a 5 jours et 6 heures
  • Illustration du profil de HxDes_
    enregistré à il y a 6 jours et 12 heures
  • Illustration du profil de PetitCouteau
    enregistré à il y a 1 semaine et 5 jours
  • Illustration du profil de Shirialiox
    enregistré à il y a 1 semaine et 6 jours
  • Illustration du profil de Pendule
    enregistré à il y a 2 semaines